• René

Insight: Jungle Jezebel & Vetiver by René

René is an artist and writer who regularly works with scents, resins, and essential oils in his practice. For the French article, please scroll down.

Jungle Jezebel and Vetiver


Recently, Jungle Jezebel from the House of Sarah Baker was included in Tommelise’s top 10 vetiver perfumes video (click here to watch the video, Jungle Jezebel review at 5’25’’). This can be a surprising choice, because even though vetiver can be found in Jungle Jezebel, to give it longevity and depth, it works there mostly as a base note, and seems to hardly stand out even after a few hours or a few days, when all the lighter elements faded out. I have a touch at home that was dipped into the juice three days ago, and I can still smell a mix of civet and banana on it, but nothing too obvious on the vetiver side. So why this choice? Digging a little bit deeper into what vetiver is and evokes, we’ll see that it is first and foremost an attitude. And Jungle Jezebel, of all perfumes, definitely gives you attitude.


To understand a perfume ingredient, especially when it is a natural one, I like to know about its origin. Is it natural or synthetic? Even if it is synthetic, it often mimics a natural substance, that is either too rare and expensive to harvest, or forbidden because of the harm it causes, which is the case for most animal ingredients. 


Is it from a plant, from a mineral? If the product comes from a plant, what does the plant look like, what kind of climate and environment it requires to grow, and what part of the plant concentrates the most of the fragrant substance? Sometimes it is also insightful to know about the substance’s method of extraction, that can alter the final product, or the harvest method of the plant. In the case of vetiver, we will see that the fragrance itself gives us a clue both about the environment it grows in (wet and marshy), and the part of the plant that concentrates the most essential oil (the roots). 


Vetiver, vetiveria zizanoides, is a herbaceous plant native from tropical Asia, and growing in other sub-tropical to tropical areas of the world, including parts of the USA. It is mostly cultivated in India, Haiti, China, and in the Island of Reunion. Vetiver thrives in marshy, damp environment, and can survive long flooded period. It is 1.5 to 2 metres tall, and its roots can grow as long as 3 metres deep ! From this impressive, intricate root system is extracted a resin, similar to myrrh, that will then be distilled to obtain the final product, the essential oil of vetiver.


The scent of vetiver really reminds of where it comes from. The earthy notes are damp and musty, a bit like cold mud. The oil itself is thick and sticky, brown to greenish in colour. For some, the oil reminds of mould or damp clothes, and can be quite unpleasant. But when used with savoir-faire, the liquid gold from the marsh will reveal all its splendour. 


When I smell Vetiver by itself, I have images ranging from scenes of The Creature from the Black Lagoon, to the inside of an ancient flooded chapel, wet and musty stone walls. In fact, while writing this article, I had to wipe off water leaking near the engine of my floating home for hours. The black water, old dust covered with fine particles of diesel, absorbed by an old towel left there for years, had some olfactory similarities with vetiver, in its bitterness, oily aftertaste and mouldy, damp qualities.

Creature of the Black Lagoon, 1954, Jack Arnold

The mechanical gesture of wiping a mouldy towel underneath my engine, cold water and diesel on my hand, put me in a weirdly sensual meditation state, in which I asked myself: how would vetiver look like if it was a man?


Well, my immediate environment made me think of a tall mechanic, working in a harbour in Finland, on a cargo engine,  wearing big rubber boots, in a puddle of engine oil, dirt and thick water. A green-tinted version of Fassbinder’s homoerotic Querelle.  But then there was something missing. Vetiver is sensual, but it is also mystical and enigmatic. So I thought that this tall marine man could be a priest on the side. Or at least a yoga teacher, who would read your palms at the end of the class, wrapped in a fresh armpit sweat halo. But really, a mystic man, in a black robe, in a secluded chapel of some sort.


Querelle, 1982, Rainer Werner Fassbinder

There is maybe in vetiver a certain kind of ink as well, with its liquid, dusty, bitter smell. Tattoo, novel, or disastrous oil spill, writing in a language speaking to organs.


There is in vetiver a light that shines through muddy waters. The world of Vetiver is not opaque, and is not crystal clear either. Its crepuscular nature, amphibious scent, seduces perfumers for centuries by adding depth and ambiguity to their juice.


So maybe now we have more elements to answer the question : is Jungle Jezebel a vetiver perfume?



Let’s go back to the narrative behind the perfume. Jungle Jezebel is inspired by the mythical drag queen Divine, who was John Waters’ fetish actress. Her outrageous make-up, her over-the-top silhouette, and the crazy characters she played in Pink Flamingos and Female Trouble made her a true icon. It is a rather… fragrant event in her career that made her the « filthiest person alive », as Pink Flamingos claims, when Divine, in the last scene of the movie, delicately picks from the floor and eats fresh dog feces.


Would Jungle Jezebel be as daring as replicating this scene? Oh yes. Miguel Matos, the Portuguese nose behind Jungle Jezebel, is not afraid of such challenges. He was even part of an olfactory project with a dance company, in which he would collect the sweat from a dozen of dancers after a full day of rehearsal. And the collection area was simply their genitals. Strangely enough, the precious substance, reminding of Grenouille’s life-long pursuit in Suskind’s Perfume, would only reveal itself on the skin. Impossible to smell anything directly from the bottle. So here I was, in Miguel’s atelier in Almada, just across the River Tagus from Lisbon, awkwardly getting baptised with the sweat of a thousand virgins. Or so it felt like anyway. 


And yes, you can see sparkles in Miguel’s eyes as soon as he pronounces the word « animalic », which seems to be his favourite note. Animalic you will get in Jungle Jezebel. After an intense burst of banana bubble gum, as if Divine herself was to blow a bubble right into your face, you will quickly be taken into a more twisted adventure, with hints of civet triggering your nostril : could it be … It could yes. It could well be dog poo, if your imagination was fertile enough. But you could also see it as the lacteal fragrance of one’s own intimacy. 


«True goodness is like water (…) Like water it ever seeks the lowest place, the place that all others avoid. (…) » Dao de Jing, chapter 8. 600BC, Lao-Tzu. 


I love this quote from Lao-Tzu, which reflect on the nature of water, as an element being able to penetrate anywhere, always going to the lowest possible place due to gravity. This can be said about Divine herself, being the filthiest person alive, which doesn’t seem like the most desirable place to inhabit, yet it is truly hers. Vetiver could represent this aspect, inhabiting muddy waters with pride and elegance.

Divine in Pink Flamingos, 1972, John Waters

Jungle Jezebel et Vetiver


Jungle Jezebel est récemment apparu dans le Top 10 des parfums vétiver de la youtubeuse Tommelise (vidéo ici). Ce choix peut surprendre, car le vétiver n’est pas la note dominante de Jungle Jezebel. Il y joue un rôle de fixateur, allongeant sa durée de vie et sa profondeur, mais peut être difficile à repérer sur les touches à sentir, après une heure ou même après quelques jours, quand tous les éléments plus légers ont disparus. J’ai à la maison une mouillette imprégnée du jus depuis plus de quatre jours, où la civette et la banane restent très présentes, mais le vétiver est difficile à cerner. Pourquoi ce choix? Le vétiver est avant tout un univers, stimulant puissamment l’imagination, et c’est peut-être dans ces images invoquées que nous allons trouver notre réponse.


Pour mieux connaître les différents ingrédients qui composent un parfum, surtout s’ils sont d’origine naturelle, il est intéressant de connaître leur origine. Avons-nous affaire à une substance naturelle ou synthétique? Souvent les ingrédients de synthèse imitent des matières naturelles, qui sont trop instables ou trop chères à produire, ou parfois interdites, dans le cas de certaines substances animales par exemple.


On peut se poser plusieurs questions : la substance provient-elle d’une plante, d’un minerai? Si elle provient d’une plante, à quoi celle-ci ressemble-t-elle, dans quel environnement pousse-t-elle? Quelle partie de la plante présente la plus forte concentration de substance odorante? Il est parfois bon de savoir quel mode d’extraction est utilisé, car les différentes méthodes d’extraction, ou même les conditions de culture, peuvent avoir un impact sur le produit final. En ce qui concerne le vétiver, le parfum lui-même révèle énormément sur les conditions de culture de la plante, qui se développe dans un environnement marécageux, et la profondeur du parfum évoque les racines desquelles il provient.


Le Vétiver, Vetiveria zizanoides, est une plante herbacée indigène des régions tropicales et subtropicales d’Asie, qui s’est répandue dans d’autres régions subtropicales, notamment des Etats-Unis. Le vétiver est essentiellement cultivé en Inde, en Haïti, en Chine et sur l’Ile de la Réunion. Le vétiver se développe dans des zones humides et marécageuses, et peut survivre à des crues prolongées. Il mesure entre un et deux mètres, et son système racinaire peut s’étendre jusqu’à trois mètres de profondeur. C’est de ces racines impressionnantes qu’est extraite une substance résineuse proche de la myrrhe, qui sera ensuite distillée pour obtenir une huile essentielle visqueuse, brune à verdâtre. 

L’odeur du vétiver rappelle tout à fait son origine. Les notes terreuses ont un aspect très humide, presque moisi, qui évoque une boue opaque. L’huile elle-même est très épaisse et collante, et rappelle pour certain l’odeur des vêtements qui sont restés humides trop longtemps, ou une odeur de renfermé, et peut être difficile à apprécier. Il faut donc tout le savoir-faire du nez pour sublimer cette huile essentielle et en révéler l’élégance et le charme.


Lorsque je sens le vétiver, de nombreuses images me viennent à l’esprit. Des scènes du film l’Etrange créature du Lac Noir, ou encore l’intérieur d’une chapelle longtemps engloutie, au pierres encore détrempées et couvertes de moisissures. Pour tout vous dire, j’ai subi, pendant la rédaction de cette article, un dégâts des eaux important au niveau du moteur du bateau sur lequel je vis. Les similitudes entre le vétiver et ce mélange d’huile de vidange, d’eau croupie et de poussière que j’ai dû éponger pendant des heures étaient frappantes.

(left) affiche du film l’Etrange Créature du Lac Noir, 1954, Jack Arnold


C’est d’ailleurs pendant que je frottais inlassablement le métal inondé sous le moteur, les mains pleine de carburant et d’eau noire, que me venaient des pensées étrangement sensuelles. Je me demandais à quoi ressemblerait le vétiver s’il était un homme?


J’ai d’abord eu du mal à m’extraire de mon environnement immédiat. J’imaginais un homme grand, travaillant sur le moteur d’un cargo dans un port quelque part en Finlande, portant des bottes en caoutchouc, debout dans une flaque d’huile de vidange et d’eau épaisse. Comme une version verdâtre de Querelle de Fassbinder. Mais il manquait quelque chose. Le vétiver est une odeur sensuelle, bien que froide, mais également mystique. Alors j’imaginais mon marin un peu prêtre sur les bords. Ou alors prof de yoga, un yogi sensuel qui vous lirait les lignes de la main après le cours, entouré d’une odeur fraîche de transpiration.

Querelle, 1982, Rainer Werner Fassbinder

Je sens aussi de l’encre, liquide, épaisse, poussiéreuse et amère. Tatouage, roman, ou marée noire, une encre qui parle aux organes avec force. 


Il y a dans le vétiver une lumière qui traverse les eaux boueuses. Ni opaque ni cristallin, sa nature crépusculaire, amphibie, séduit les parfumeurs depuis des siècles pour la profondeur et l’ambiguïté qu’il apporte à leurs créations.


Jungle Jezebel est-il un parfum vétiver?


Commençons par parler de l’histoire de ce parfum intrigant. Il est inspiré par la drag queen mythique Divine, actrice fétiche du réalisateur underground John Waters. Son maquillage outrancier, ses formes exubérantes, et les personnages dingues qu’elle incarne dans Female Trouble et Pink Flamingos ont fait d’elle une véritable icône. C’est un évènement plutôt… odorant de sa carrière qui en a fait « the filthiest person alive », la personne la plus ignoble, du moins c’est ce que tente de prouver le film Pink Flamingos. La scène finale montre en effet Divine s’approcher d’un caniche en train de déféquer, ramasser délicatement l’étron et le manger.


Pensez-vous que Jungle Jezebel aurait l’audace de reproduire cette scène délicieusement abjecte? Miguel Matos, le nez derrière ce parfum, n’a absolument pas peur de ce genre de défi. Il a même travaillé sur un projet avec une compagnie de danse, pour laquelle il a créé une fragrance unique, en mélangeant toutes les sueurs génitales des danseurs après une journée entière de répétition. Détail amusant : l’odeur ne se révèle que sur la peau, impossible de sentir quoi que ce soit à même le flacon. Je me souviens très bien du jour où je suis allé rendre visite à Miguel dans son atelier, à Almada, en face de Lisbonne, et où il m’a aspergé de cette fragrance unique, qui n’est pas sans rappeler le projet ultime de Grenouille dans Parfum de Suskind. L’odeur est effectivement très caractéristique!


Miguel adore les notes « animales », qu’il utilise souvent généreusement dans ces créations, jusqu’à la provocation. Jungle Jezebel ne fait pas exception. Après une explosion de chewing-gum à la banane, comme si Divine elle-même vous explosait une grosse bulle de bubble-gum au visage, l’expérience va rapidement prendre une tournure inattendue avec une civette presque indécente, qui pourrait bien évoquer la fameuse crotte de chien de Pink Flamingos aux plus imaginatifs d’entre vous. Ou les odeurs lactées de l’intimité.


« (…) l’eau s’installe dans les lieux les plus bas et que tout autre évite (…) » Tao te King, chapitre 8, 600 av JC, Lao-Tseu.


Cette citation de Lao-Tseu sur la nature de l’eau, qui s’infiltre dans tous les recoins, attirées par les lieux les plus bas, me fait penser à la démarche de Divine qui emprunte des chemins obscurs et méprisés. Son titre de « filthiest person alive » dans Pink Flamingos, est repoussant pour la plus grande majorité, mais c’est sa vraie nature, de même que le vétiver habite les marais boueux avec fierté et élégance. 

Divine dans le film Pink Flamingos, 1972, John Waters

SB%2520LOGO%2520final-01_International%2

© 2020 Sarah Baker Perfumes

Sarah_Baker_2019.png
0